top of page
  • Photo du rédacteuraimé Kouadjio

Culture : Voici la signification du tissu Ndop à l’Ouest Cameroun

Le Ndop ou dze ndouop ou nji ndop est une étoffe traditionnelle et rituelle des peuples des grassfields (ouest et du nord-ouest au Cameroun) et de l’Est du Nigeria.



De source bien informée, le tissu dans sa forme originale est un assemblage de bandes de coton cousues bord à bord. Les motifs géométriques blancs sur fond bleu indigo donnent son identité au Ndop. La richesse du Ndop bamiléké se remarque non pas dans une variété de couleurs, mais dans le style et la combinaison des motifs et figures géométriques abstraites qui se détachent du fond bleu intense.

« Le Ndop est un tissu traditionnel très important dans la culture des populations de l’Ouest du Cameroun, en particulier chez les Bamiléké et les Bamoun. Le Ndop a une signification profonde et symbolique dans cette région : C’est un tissu sacré, associé à la royauté et au pouvoir. Seuls les chefs traditionnels et les personnes de haut rang social ont le droit de le porter », explique l’anthropologue Touko Hilaire.


Il revêt alors une dimension rituelle et sacrée. Ainsi, le Ndop est bien plus qu’un simple tissu dans l’Ouest camerounais


« Le Ndop est considéré comme un signe d’appartenance à l’élite sociale et de prestige. Son port est réservé aux personnalités influentes et respectées. Les motifs et les couleurs du Ndop ont une signification particulière. Ils représentent des symboles, des valeurs et des traditions ancestrales propres à la culture locale », ajoute-t-il.


« Pour ce dernier, la production du Ndop est un savoir-faire artisanal complexe, transmis de génération en génération. C’est un élément clé de l’identité culturelle de cette région. Le Ndop est utilisé lors de cérémonies importantes, comme les mariages, les funérailles ou l’intronisation des chefs traditionnels. Il revêt alors une dimension rituelle et sacrée. Ainsi, le Ndop est bien plus qu’un simple tissu dans l’Ouest camerounais. C’est un symbole identitaire, de pouvoir et de prestige, profondément ancré dans les traditions ancestrales de cette région », conclut Touko Hilaire, Anthropologue.  



2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

コメント


bottom of page